LE GROUPE 3S FAIT LE CHOIX DE LA RÉPRESSION AU LIEU DE LA NÉGOCIATION - LA CGT APPELLE A LA MOBILISATION A PARTIR DU 19 JUIN


mercredi 14 juin 2017

Le 1er juin 2017, la direction a proposé aux organisations syndicales représentatives de les recevoir séparément au siège pour échanger sur la situation conflictuelle du terminal 2G.

Dans le cadre de l’intersyndicale CGT/SUD, nous avons refusé de participer à cette rencontre qui nous apparaissait comme une manœuvre de division. Les syndicats ont reçu une seconde invitation par courrier dans les mêmes termes pour le 07 juin.

Après concertation, la CGT et SUD ont décidé de se rendre à cette entrevue. La CGT a interpellé la direction du groupe 3S sur les différents sujets de préoccupation des salariés (CP, PQS, vols UX /KL, activité piste du terminal E, précarité, état des locaux, ...).

Monsieur MONTEGUT, le DG, confirme son refus d’assumer le paiement des CP et de la PQS acquis chez GH TEAM RAMP SERVICES. Il nous renvoie vers le mandataire liquidateur. Il a aussi réaffirmé la volonté d’aller au bout des projets de transfert des vols UX /KL ; de l’activité piste du T2E ; de la remise en cause des acquis sociaux. Le DG insiste particulièrement sur la réduction des durées de maintien de salaire AT/AM, selon lui les salariés en abusent.

Concernant les agents en restriction médicale, il considère que c’est un problème majeur pour la bonne marche de l’entreprise. Les salariés en RM devront accepter les propositions de reclassement aux conditions fixées sinon la direction affirme qu’elle n’aura pas d’autre choix que de s’en séparer.

Pour finir, le directeur a eu le culot de nous demander si nous étions prêts à le soutenir dans sa démarche. La CGT n’est pas et ne sera jamais un syndicat d’accompagnement de la direction contre les intérêts de nos collègues. D’une part le groupe 3S n’a pas été loyal envers les salariés lors du transfert en promettant que tout allait bien se passer, d’autre part la volonté de démanteler les activités du T2G et la remise en cause de nos acquis vont fragiliser nos emplois et baisser nos salaires.

De plus, la stigmatisation des salariés en AT/AM en les qualifiant de tricheur pour justifier la remise en cause de notre protection sociale traduit le mépris de notre nouvelle direction.

Monsieur MONTEGEGUT devrait savoir que les activités pistes sont plus accidentogènes que les métiers les plus pénibles du bâtiment (source CRAMIF).

Pour la CGT, se sont les employeurs successifs qui sont évidemment responsables de la dégradation de la santé des salariés au travail. Ils ont systématiquement refusé de mettre en place les moyens nécessaires pour prévenir cette situation.

La direction ayant eu écho d’une nouvelle mobilisation, a décidé de convoquer plusieurs salariés ayant participé aux arrêts de travail du 15 au 21 mai, à des entretiens disciplinaires, dont 8 pour un licenciement. Dépassé par l’ampleur de la mobilisation, notre employeur a fait le choix de la répression au lieu de négocier sur la base de nos revendications.

Il est inadmissible que la direction abuse de son pouvoir disciplinaire pour dissuader les salariés d’user de leur droit de grève !

Nous ne devons pas nous laisser intimider par ces méthodes de patron voyou, bien au contraire, nous allons réaffirmer notre détermination et afficher un soutien sans faille à nos collègues.

Nous invitons tous les salariés à signer massivement le préavis pour la semaine de mobilisation du 19 au 25 juin et à participer au rassemblement prévu le 19 juin devant le terminal 2G à 13 h 00, afin d’accompagner les 2 premiers collègues convoqués.

La CGT SGH, le 14 juin 2017.