Navigation

Union locale CGT de Roissy CDG
Union Locale CGT
de Roissy-CDG

Tél: 01.48.62.10.28
Fax : 01.48.62.37.25
6, route des anniversaires
Bât. 7595 - Zone Technique
95701 ROISSY-CDG
contact@ulcgtroissy.fr


Accueil Actualités


Aéroport de Roissy : ce très cher bâtiment que les syndicats boycottent


Article du "Parisien" sur la bataille qui nous oppose à ADP pour entrer dans notre nouvelle bourse du travail à Roissy

mercredi 17 mai 2017 - Réagir Imprimez

Les huit organisations qui devaient y emménager il y a deux ans refusent de le faire en raison des frais de gestion réclamés par le groupe Aéroports de Paris.

Voilà deux ans que la maison des organisations syndicales de la zone aéroportuaire de Roissy (Moszar) a été construite mais elle est toujours inoccupée. « On n’a plus qu’à rentrer dedans, tout est prêt », souligne Serge Nybelen, secrétaire général de l’union locale CGT. Les huit organisations (CGT, CFDT, FO, CFE/CGC, CFTC, FSU, Unsa et Solidaires) qui devaient y emménager refusent de le faire en raison des frais de gestion réclamés par le groupe Aéroports de Paris.

« Ils voudraient nous faire payer le prix fort et ainsi récupérer l’argent qu’ils ont mis dedans, accuse Serge Nybelen. Le groupe ADP précise que c’est lui qui a décidé en 2010 de construire ce nouveau bâtiment, suite au projet de démolition du bâtiment qui accueille actuellement la CGT. Le coût des travaux qui s’élève à 1,2 M€ a été financé par le conseil régional à hauteur de 500 000 €.

« Un acte notarié signé par les organisations »

« Au début, ils nous demandaient 36 150 € par an de frais de gestion à tous », indique Serge Nybelen. Cette somme représentait les frais de nettoyage, maintenance, assurances, collecte des ordures, eau, électricité et accès à Internet. La somme a fait l’objet de négociations depuis et certaines prestations ont été retirées. « Aujourd’hui, on arrive à 26 000 € », précise Serge Nybelen. Mais la CGT continue de demander à réduire la facture.


Serge Nybelen, secrétaire général de l’union locale CGT et Akim Mokdad, secrétaire général du SLARA.

« ADP prend à son compte les impôts à la charge de l’occupant et les charges propriétaires », indique le gestionnaire de l’aéroport. Il ajoute que « les modalités de mise à disposition des infrastructures ainsi que la répartition des charges de fonctionnement » ont fait l’objet d’un acte notarié signé par les organisations syndicales.

Le parking à 8€ la première heure

L’autre sujet de discorde porte sur le stationnement. Actuellement, les salariés qui veulent venir voir la CGT peuvent se stationner gratuitement à proximité. Mais pour aller à la nouvelle maison des syndicats, ils devront utiliser le parking PR, où la première heure est facturée 8 €.

« La direction a proposé l’attribution d’un certain nombre de cartes d’accès au parking pour les résidents du bâtiment, ainsi que la gratuité de 3 heures pour un certain nombre de visiteurs », précise ADP. « Nous, ce qu’on demande, c’est l’accessibilité pour tous les salariés de la plate-forme », rétorque Serge Nybelen.

Une réunion est prévue entre les syndicats et ADP le 24 mai.

leparisien.fr


Vous aussi, réagissez à cet article


bouton radio modere priori

Votre commentaire est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Votre commentaire

Titre de l'article

Votre pseudo :

Votre adresse e-mail:

Texte de votre message :