Navigation

Union locale CGT de Roissy CDG
Union Locale CGT
de Roissy-CDG

Tél: 01.48.62.10.28
Fax : 01.48.62.37.25
6, route des anniversaires
Bât. 7595 - Zone Technique
95701 ROISSY-CDG
contact@ulcgtroissy.fr


Accueil Communiqués et tracts


La CGT de Roissy appelle tous les salariés de la sûreté aéroportuaire de Roissy à faire grève le 2 novembre 2016


jeudi 27 octobre 2016 - Réagir Imprimez

SURETE AEROPORTUAIRE ASA - BRINK’S - HUB-SAFE - ICTS - SAMSIC - SECURITAS - SECURUS

TOUS EN GRÈVE LE 02 NOVEMBRE 2016 POUR L’AUGMENTATION DE NOS SALAIRES !

Stop à la précarité et aux pressions quotidiennes !
Pour un véritable statut prenant en compte les responsabilités de chacun !

LES CONDITIONS DE TRAVAIL DANS LA SÛRETÉ AÉROPORTUAIRE NE CESSENT DE SE DÉGRADER DEPUIS CES DERNIÈRES ANNÉES :

- La précarité des agents atteint des sommets avec un développement sans précédent des temps partiels ;
- Le renouvellement de badge délivré par le préfet ;
- Obtention de doubles agréments délivrés par le Procureur de la République et le Préfet ;
- Obtention de la carte professionnelle délivrée par le CNAPS (Conseil National des Activités Privées) ;
- La certification délivrée par l’ENAC (Ecole Nationale de l’Aviation Civile) : un diplôme d’Etat « censé valoriser notre métier », seul bémol, il faut la passer tous les trois ou cinq ans !
- Des plannings de plus en plus contraignants ;
- Des conditions soi-disant indispensables à l’exercice de notre métier.

A chaque étape, le salarié risque une enquête administrative sans recours (à titre d’information, c’est au salarié d’apporter les preuves sur des faits dont il n’a même pas connaissance), quant au CNAPS, ce dernier ne reçoit pas le public et reste injoignable par téléphone. Ces situations peuvent durer de deux à trois mois donc sans salaire dans le cadre d’une enquête et/ou être licencié sans réponse de la part du CNAPS, ainsi qu’en cas de deux échecs successifs à la certification.

L’Etat s’exonère de toute responsabilité en confiant cette mission régalienne aux entreprises privées qui elles, n’ont qu’un seul but faire des profits au maximum sur le dos des salariés sans se soucier de la sûreté, des passagers ni des moyens humains pour la mise en œuvre des procédures qui se durcissent de jour en jour pour faire face aux attentats perpétrés sur le territoire.

De même, les gestionnaires des aéroports s’exonèrent également de toutes responsabilités en déléguant tous pouvoirs aux entreprises privées ce qui ouvre la possibilité aux pouvoirs publics, aux donneurs d’ordres et aux compagnies aériennes d’exiger des salariés l’application de procédures de plus en plus draconiennes.

La pression sur les salariés est forte et constante et le stress permanent, avec les contrôles de la police de l’air et des frontières, de la gendarmerie, des donneurs d’ordres, et au nom de la sûreté, l’utilisation abusive de la vidéosurveillance est fréquente et la position de la CNIL autorisant les employeurs à visionner les vidéos ne va pas améliorer cette situation, pire, les sanctions risquent de se multiplier.

La mission régalienne que remplissent les agents de sûreté exige d’avoir des effectifs supplémentaires, et afin de travailler dans de meilleures conditions, une meilleure reconnaissance de leur savoir-faire au travers de conditions de travail plus sereines et de meilleures rémunérations.

Les salariés revendiquent :

- Une augmentation de 10 % de salaire ;
- La suppression de la certification ;
- Un véritable 13ème mois ;
- Le versement des PPI sans critère ;
- Un badge et une carte professionnelle provisoires en cas d’enquête ;
- L’abrogation de la loi Diard ;

Seule la création d’un véritable service public serait à même d’assurer un haut niveau de sûreté dans le transport aérien. Malgré son idéologie libérale, les Etats-Unis l’ont fait après les attentats du 11 septembre 2001.

Le 02 novembre 2016, démontrons notre réel mécontentement en participant massivement à la journée de grève !

TOUS UNIS DANS L’ACTION POUR GAGNER UN VÉRITABLE STATUT !


Vous aussi, réagissez à cet article


bouton radio modere priori

Votre commentaire est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Votre commentaire

Titre de l'article

Votre pseudo :

Votre adresse e-mail:

Texte de votre message :