Navigation

Union locale CGT de Roissy CDG
Union Locale CGT
de Roissy-CDG

Tél: 01.48.62.10.28
Fax : 01.48.62.37.25
6, route des anniversaires
Bât. 7595 - Zone Technique
95701 ROISSY-CDG
contact@ulcgtroissy.fr


Accueil Après le boulot... Cinoche, téloche, médias


Sophisticated ladies (Bonne musique)


CHARLIE HADEN QUARTET WEST

mercredi 16 février 2011 - Réagir Imprimez
JPEG - 19.5 ko

Rarement un disque n’aura porté aussi bien son titre. Quand Charlie et son quartet se lancent dans un projet, ils font comme d’habitude, ils voient les choses en grand et même en très grand.

Les albums qu’ils produisent mettent toujours en vedette, ou bien s’inspirent, de chanteuses ou chanteurs qui reflètent le mieux une certaine atmosphère plutôt cool et typiquement californienne.

Pour l’occasion, Charlie Haden a fait très fort : il s’entoure des plus grandes chanteuses jazz de la planête. Je les nomme quand même parce ce n’est pas si courant de les voir toutes sur un même disque : Melody Gardot, Norah Jones, Cassandra Wilson, Ruth Cameron, Renée Fleming et Diana Krall... Pas mal !

L’album débute avec Melody Gardot sur une chanson de la comédie musicale du même nom If I’m Lucky, puis suit un instrumental du quartet, le très beau thème Sophisticated Ladies. Cela va être le principe du disque : alterner une chanson et un morceau instrumental.

Vient après Norah Jones avec Ill Wind. Et là c’est la grosse surprise parce qu’elle le fait vraiment très bien. On avait catalogué un peu vite Norah jones limite jazz, voir un peu pop mais là, chapeau, c’est presque la plus convaincante du lot. Cassandra Wilson, quand à elle, (et moi, c’est ce que je préfère dans ce disque), nous renverse complètement avec My Love and I. Avec une voix qui vient du plus profond d’elle, elle vous fiche des frissons partout, et... que c’est bon !

Je ne vais pas dire que les trois autres sont moins biens mais autant Ruth Cameron s’en tire remarquablement bien, autant Renée Fleming ne m’a pas convaincu bien qu’elle soit délicatement envellopé par un arrangement de cordes particulièrement soyeux. Diana Krall termine avec un bien nommé Goodbye sur une voix un petit chouille fatiguée mais vachement attendrissante.

Loin d’être un peu décor, les instrumentaux du Quartet amènent le petit plus qui fait que l’ensemble est digeste et fluide. Les arrangements d’Allan Broadbent sont magnifiques, le sax d’Ernie Watts sublime comme d’habitude. Charlie Haden est éminemment solide et inspiré (magnifique chorus dans My Love and I).


Vous aussi, réagissez à cet article


bouton radio modere priori

Votre commentaire est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Votre commentaire

Titre de l'article

Votre pseudo :

Votre adresse e-mail:

Texte de votre message :