Navigation

Union locale CGT de Roissy CDG
Union Locale CGT
de Roissy-CDG

Tél: 01.48.62.10.28
Fax : 01.48.62.37.25
6, route des anniversaires
Bât. 7595 - Zone Technique
95701 ROISSY-CDG
contact@ulcgtroissy.fr


Accueil Sections Syndicales CGT ADP Roissy


Maintien de notre pouvoir d’achat : UN MINIMUM IMPÉRATIF


Retour sur les négociations salariales 2006

vendredi 27 octobre 2006 - Réagir Imprimez

Le bilan social 2005 vient de sortir [1]. On peut y lire notamment que les dix plus hauts salaires d’ADP ont été (ou plutôt se sont...) augmentés de 5,8% [2] entre 2004 et 2005. Par comparaison, les négociations salariales 2005 n’avaient accouché que d’une augmentation générale de 0,6% alors que l’inflation avait atteint 1,7%.
C’est l’occasion pour nous de revenir sur le déroulement de ces négociations et les arguments - ou plutôt les stratagèmes - qu’utilise la direction.

Augmentation « en niveau » Késako ?
On nous apprend à l’école qu’on ne doit jamais ajouter des pourcentages. Pourtant notre direction présente les augmentations de salaires en les ajoutant.
1% en juillet et 0,8% en novembre n’ont jamais fait une augmentation de 1,8% sur l’année mais seulement 0,63%.

Absurde "effet report"
Non contente de massacrer l’arithmétique, la direction affirme ensuite qu’une augmentation produit ses effets pendant un an et les reporte sur l’année précédente.
Ainsi plus vous êtes augmentés tardivement dans l’année moins vous serez augmentés l’année suivante. Comprenne qui peut...

Dévoiement du GVT
Le GVT (Glissement Vieillesse Technicité) est le calcul de l’augmentation mécanique des salaires due :
- aux avancements,
- aux promotions,
- à l’ancienneté (valorisée à ADP par 1% par an, plafonnée à 21%)

Ce GVT est pourtant très critiquable :
- renommer ancienneté par "vieillesse" c’est dévaloriser l’expérience qui est au contraire le gage d’une meilleure performance par la connaissance de l’entreprise, de ses acteurs et de ses rouages,
- ce GVT ne devrait servir qu’à estimer la progression générale de la compétence des travailleurs d’ADP. L’utiliser pour brider les salaires c’est mélanger rétribution de la valeur et maintien du pouvoir d’achat,
- les travailleurs ne sont pas un coût. Ils sont la richesse de l’entreprise. S’ils sont plus performants ils servent d’autant mieux l’entreprise. Cela ne doit pas être utilisé pour brider leur pouvoir d’achat.

Il est illogique et injuste d’intégrer ce GVT dans la comparaison avec l’inflation pour conclure à un maintien du pouvoir d’achat. Les avancements, les promotions et l’ancienneté ne rémunèrent que la progression individuelle de chacun et profite directement à l’entreprise.

Le joker "ministère des finances"
Lorsque la direction ajoute l’effet report et ce fumeux GVT on arrive presque à l’augmentation limite autorisée par Bercy (1,1% + 1,5% = 2,6% en 2006). Ce qui lui permet de répéter à l’envi "on est déjà très au delà de la limite imposée par le gouvernement". Pas pour tout le monde...

Nos propositions :

- Revenir à un cadre de négociation plus clair, sans calculs erronés ni autres artifices,
- Fixer les augmentations au 1er janvier avec effet rétroactif pour éviter l’effet report,
- Séparer la juste rémunération en fonction de la compétence (GVT) et le légitime maintien du pouvoir d’achat.

Courbe salaires ADP et Inflation

Comme nous l’avions montré en avril 2006 [3] la comparaison des courbes de l’inflation et nos salaires traduisent une perte continue de notre pouvoir d’achat.
La croissance du trafic, la signature du CRE et la situation financière assurent pourtant des perspectives de profits qui permettent de redistribuer la richesse que nous, travailleurs d’ADP, créons tous les jours.

Le maintien de notre pouvoir d’achat nous paraît être un minimum non négociable.
Mais rien ne sera possible sans l’unité des syndicats d’ADP sur ce point.


PDF - 65.7 ko
Tract Recto

Texte du tract Salaires ADP : maintien de notre pouvoir d’achat

PDF - 23.6 ko
Tract Verso

Courbe salaires ADP et inflation depuis 2002

Notes

[1avec plus de trois mois de retard. N’y voyez bien sûr aucun rapport avec la privatisation d’ADP et l’introduction en bourse intervenue le 15 juin 2006.

[2de 167 582 à 177 362 € brut par an (cf. page 16 du bilan social 2005 d’ADP).

[3nos expressions sont désormais consultables sur le site Internet de l’Union Locale CGT de Roissy à l’adresse http://www.ulcgtroissy.fr/adp


Vous aussi, réagissez à cet article


bouton radio modere priori

Votre commentaire est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Votre commentaire

Titre de l'article

Votre pseudo :

Votre adresse e-mail:

Texte de votre message :